Discours de Juncker en 7 points : une Europe qui protège, qui assiste, qui défend.

Si en 2016 l’Union Européenne a été dans la tourmente jusqu’à ébranler ses fondations, en 2017 l’Europe va bien. Il faut dès
lors profiter de ces vents favorables pour consolider la Maison Europe. Pour que, la prochaine fois qu’une tempête se profile,
nous soyons plus solides. Voilà en somme le message de Jean-Claude Juncker à mi-mandat lors de son discours d’une heure 
sur l’État de l’Union.

 

1.Économie.

Les indicateurs sont bons : croissance en hausse, chômage en baisse mais il faut plus de transparence lors des
négociations de traités de libre échange. Juncker souhaite même un Ministre de l’Économie et des Finances européen qui serait
également président de l’Eurogroupe. Il veut aussi taxer les bénéfices là où ils sont réalisés.

 

2.Climat.

Vu l’attitude des États-Unis il faut être à l’avant garde dans la lutte contre le réchauffement climatique.

 

3. Migration.

L’Europe ne doit pas être une forteresse mais rester une terre d’accueil pour ceux qui en ont besoin. Si tous les États
Membres ne font pas preuve de solidarité, l’Europe elle est solidaire d’ailleurs Juncker salue le travail de l’Italie.
L’année dernière 720.000 personnes ont été accueillies en Europe c’est trois fois plus que l’Australie, les États-Unis et
le Canada réunis. Il faut, d’une part, réduire le flux d’illégaux pour endiguer les morts en Méditerranée et, d’autre part, ouvrir
des voies de migration légale.

 

4. Social.

Il faut cesser le dumping social à l’intérieur de l’Union Européenne. Juncker demande d’ailleurs un socle européen des
droits sociaux. Même si cela reste une prérogative nationale, l’Europe peut amener une base commune.

 

5. Défense et terrorisme.

Il faut travailler à la mise en place d’une intelligence européenne et pouvoir poursuivre les terroristes de
manière transfrontalière. Monsieur Juncker souhaite une union de la Défense pour 2025.

 

6. Élections européennes.

Jean Claude Juncker est favorable à des listes transnationales. Il faut associer les parlements nationaux
et la société civile européenne à la prise de décisions européennes. D’ailleurs la Commission est allée 650 fois dans les
parlements et a rencontré la société civile 300 fois. Juncker rejoint Macron sur l’Idée du Convention démocratique en 2018 pour
préparer aux élections européennes.

 

7. Brexit.

L’Europe regrette le Brexit mais Juncker invite à un sommet le 30 mars 2019 pour plancher sur l’Europe à 27. 

Imprimez cet article Imprimez cet article